vendredi 14 janvier 2022

The Expanse : la meilleure série SF depuis Battlestar Galactica

La sixième et dernière saison de The Expanse vient de se terminer sur Amazon Prime Video avec un final épique et assez émouvant. Une fin réussie, même si elle ne termine pas tous les arcs narratifs et laisse plusieurs pistes ouvertes. Je vous propose un retour, sans spoiler, sur la meilleure série de SF depuis Battlestar Galactica. 

The Expanse, c’est d’abord une dizaine de romans écrits par James S. A. Corey - qui est en réalité un nom de plume utilisé par Daniel Abraham et Ty Franck - publiés entre 2014 et 2021. La série, créée par Mark Fergus et Hawk Ostby, a connu une production contrariée. Diffusée à l’origine sur Syfy (et en France sur Netflix) elle a été annulée après trois saisons. C’est alors Amazon qui a repris le flambeau et produit les saisons 4 à 6. La série s’arrête avant le volume 7 des romans, qui fait un bond dans le temps d’une trentaine d’années. 

L'action nous transporte quelque 200 ans dans l’avenir, alors que l’humanité a colonisé le système solaire. La Terre, qui a épuisé presque toutes ses ressources naturelles, est dirigée par un gouvernement mondial sous l’égide de l’ONU. Mars, en pleine expansion, se place en rivale de la Terre. Et puis il y a les “planètes extérieures”, principalement la ceinture d’astéroïdes, avec ses exploitations minières, qui sont un peu les laissés pour compte du système solaire mais où la contestation gronde, avec certaines velléités indépendantistes. Cette dimension sociale et politique est une des richesses du monde de The Expanse, tout au long des 6 saisons. 

Sans trop en dire pour éviter les spoilers, disons simplement que la saison 1 démarrait avec l’enquête d’un détective, chargé de retrouver une jeune femme disparue, et qui va révéler une vaste conspiration qui menace la survie de l’humanité. Les différentes intrigues de la série vont graviter autour d’un équipage disparate, qui va se constituer petit à petit, avec des hommes et des femmes d'origine terrienne, martienne et ceinturienne… et on y croisera aussi une mystérieuse molécule extraterrestre extrêmement dangereuse et incontrôlable. 

Ce qui fait de The Expanse une excellente série de science-fiction, c’est d’abord son univers visuel très réussi et représenté de façon méticuleuse. On est dans du Space Opera pleinement assumé, avec ses vaisseaux spatiaux, sa technologie avancée, ses différents mondes et cultures. Les effets spéciaux sont de qualité : les scènes dans l’espace sont particulièrement réussies, notamment les combats. C’est aussi la variété de ses personnages, leur évolution tout au long du récit qui leur font prendre de l’épaisseur, et pas seulement pour le petit groupe de héros (Carmina Drummer par exemple, est un des meilleurs personnages de la série). C’est enfin son récit riche de dimensions politiques et sociales (avec sa diplomatie, ses jeux de pouvoirs, entre alliances, trahisons et coups fourrés), qui revêt même parfois une certaine dimension métaphysique. Certes, tout n’est pas parfait dans la série : certains arcs narratifs sont un peu longs, tous les acteurs n’ont pas le même charisme, tous les personnages n’ont pas le même intérêt… Mais dans l’ensemble, le scénario tient la route et réserve son lot de surprises et de rebondissements, qui plus est dans un univers riche et visuellement très convaincant. Largement de quoi ravire les fans de SF ! 

Pour moi, The Expanse est même sans doute la meilleure série de SF depuis Battlestar Galactica...

-------

The Expanse, une série de Mark Fergus et Hawk Ostby
6 saisons (62 épisodes) disponibles sur Amazon Prime Video



mardi 28 décembre 2021

Mon bilan série 2021



Les plateformes de streaming n'ont évidemment pas pâti de la crise du Covid19... bien au contraire. L'offre en séries et mini-séries est aujourd'hui impressionnante, et souvent de qualité. Voici une sélection des séries qui m'ont le plus plu, voire même marqué, tout au long de cette année.

Ma mini-série de l'année


The Underground Railroad
 (de Barry Jenkins, disponible sur Amazon Prime Video)

Tout simplement un chef d’oeuvre, fascinant et terrible à la fois. Les images sont à couper le souffle, avec un travail extraordinaire sur la lumière, des plans parfois follement sophistiqués, toujours inventifs. Tout fascine formellement. Quant à l’histoire, poignante, éprouvante parfois, allant jusqu’à être difficilement supportable dans certaines scènes, elle est d’une force incroyable. Une mini-série indispensable. 

Lire ma critique


Deux coups de coeur


En thérapie
(diffusée sur Arte)

Adaptation française de la série israélienne Be Tipul, En thérapie permet de mieux percevoir les enjeux et les mécanismes d’une thérapie, le positionnement du thérapeute, son lien aux patients… Mais c’est aussi, plus largement, une série sur la vertu de l’écoute et de la parole, et leurs difficultés aussi. Une série passionnante et subtile, une réussite totale ! 

Lire ma critique 



Dopesick
(de Danny Strong, disponible sur Disney+)

L’envers du décor d’un scandale sanitaire, celui des opiacés aux Etats-Unis. Une série remarquablement réalisée, avec une précision quasi documentaire, et un casting prestigieux. Une mini-série passionnante... et glaçante !

Lire ma critique



Les séries Marvel  

Le passage au format mini-série réussit bien à l’univers de Marvel ! Jusqu'ici, c'est sans aucune fausse note, même si Falcon et le soldat de l'hiver est plus classique. Elles sont toutes dispobibles sur Disney+


WandaVision

Marvel façon sitcom. Sans doute la plus originale et en tout cas très divertissante. Lire ma critique


Loki

La mini-série qui nous fait découvrir le multivers ! Une mini-série inventive, bien dosée en humour et en action. Lire ma critique


Hawkeye

La mini-série Marvel de Noël, pas la plus essentielle pour le MCU mais probablement la plus fun. Lire ma critique


Deux séries en cours


The Expanse
(disponible sur Amazon Prime Video). 
La 6e saison - la saison finale ! - vient juste de commencer. Trop tôt donc pour donner un avis définitif mais elle semble bien à la hauteur des saisons précédentes (univers riche, scénario passionnant, visuellement réussi). Pour moi, c'est la meilleure série de science-fiction depuis Battlestar Galactica ! 


For all Mankind (disponible sur Apple TV+). 
Pour l'instant, deux saisons pour cette série uchronique qui imagine ce qui aurait pu se passer si les Soviétiques avaient devancé les Etats-Unis en étant les premiers à marcher sur la lune. Très bien fait, avec un scénario intelligent. Excellent ! 



Un ratrappage


Mr Robot
 (de Sam Esmail, disponible sur Netflix)

La série a été mise en ligne sur Netflix cette année… j’avais raté sa première diffusion entre 2015 et 2029 sur France 2. J’ai dévoré les 4 saisons (45 épisodes) de cette série labyrinthique et paranoïaque, bien plus profonde qu’elle n’y paraît au premier abord. Le scénario est malin et réserve de nombreuses surprises, les thématiques abordées sont multiples et puis Rami Malik est génial dans le rôle principal. Une série à voir absolument ! 


jeudi 23 décembre 2021

The Witcher : une saison 2 plutôt meilleure que la première

 

Je viens de terminer la saison 2 de The Witcher sur Netflix. J’ai bien aimé (et je précise que je ne connais ni les livres ni les jeux vidéos inspirés des livres). Je trouve même que la saison 2 est plutôt meilleure que la première : on comprend mieux l’intrigue et la réalisation est plus soignée. L’univers médiéval fantastique de The Witcher, peuplé de monstres et empreint de magie, traversé par des jeux de pouvoir et des complots cachés, est sombre et violent. Et la façon dont la série le transcrit à l’écran est convaincante, l’intrigue tient bien en haleine tout au long des huit épisodes, et la révélation ultime du final (anticipée par rapport aux livres, si j’ai bien compris) donne envie de connaître la suite. 

Le casting est plutôt bon. Henry Cavill est impliqué et donne une belle envergure au personnage de Geralt de Riv et la jeune Freya Allan est excellente dans le rôle de Ciri, qui prend une importance capitale dans la saison 2. 

Vu le succès rencontré, The Witcher est sans doute une série appelée à durer encore plusieurs saisons… et je continuerai à la regarder avec plaisir. 

-------

The Witcher, une série créée par Lauren Schmidt Hissrich
2 saisons de chacun 8 épisodes (série en cours), disponibles sur Netflix



Dopesick : l'envers du décor d'un scandal sanitaire. Glaçant.

 

Inspirée de faits réels, et adaptée de l’ouvrage “Dopesick: Dealers, Doctors, and the Drug Company that Addicted America” de Beth Macy, la mini-série évoque la crise des opiacés aux Etats-Unis, qui a vu monter en flèche le nombre de morts par overdose, et dont l'OxyContin, produit par Purdue Pharma, est considéré comme le principal responsable. 

La narration est relativement complexe mais quand même assez facile à suivre, avec des allers-retours incessants principalement entre les années 90 (la mise sur le marché du médicament puis la montée du trafic d’opioïdes) et les années 2000 (la progression de l’enquête). Le scénario tient en haleine tout au long des 8 épisodes, en s’intéressant d’une part aux manoeuvres de Purdue Pharma, et en particulier Richard Sackler son président, pour maximiser les gains des ventes de l’Oxycotin ; d’autre part à l'enquête menée dans les années 2000 ; et enfin aux effets désastreux de la crise des opiacés sur la population, en se centrant sur une petite commune minière des Appalaches. Ici, les personnages sont fictifs mais inspirés de faits réels. 

Série politique, Dopesick est une charge en règle contre Purdue Pharma, dénonçant leurs méthodes commerciales scandaleuses (désinformation, pressions et intimidations, manœuvres politiques, corruption...). La question n’est pas de nier l’efficacité du médicament mais de modifier son classement qui laisse entendre, à tort, qu’il ne provoquerait pratiquement aucune addiction. Mais cela impliquerait de réglementer son accès et son administration par les médecins… et ça réduirait considérablement le profit que le laboratoire peut en tirer. Bref, c’est juste une histoire de fric ! Il faut savoir qu’en 2021, Purdue Pharma, après plusieurs procédures judiciaires, a finalement accepté de verser 4,5 milliards de dollars aux victimes en échange d'une certaine immunité pour ses propriétaires, la famille Sackler… 

La série, qui fait froid dans le dos, est remarquablement réalisée, avec une précision quasi documentaire. On peut toujours discuter de certains thèmes connexes ajoutés dans les personnages fictifs qui évoquent les victimes mais on ne peut nier l’efficacité dramatique de la série, avec un épisode final, qui nous conduit jusqu’à aujourd’hui, d’une force émotionnelle intense. 

Le casting est prestigieux. Michael Keaton est bouleversant dans le rôle d’un médecin de campagne qui, après avoir administré de l’OxyContin à ses patients, en prend lui-même et tombe dans l’addiction. L’excellent Michael Stuhlbarg est glaçant en Richard Sackler, président de Purdue Pharma au cynisme absolu. Il faut ajouter Peter Sarsgaard, en assistant obstiné du procureur de Virginie, Will Poulter en commercial au service de Purdue Pharma, Rosario Dawson en agent déterminée de la DEA, ou Kaitlyn Dever en jeune fille devenue toxicomane à cause de l’OxyContin. 

Une série passionnante... et glaçante !

-------
Dopesick, une mni-série créée par Danny Strong
8 épisode d'une heure environ, disponibles sur Disney+


Hawkeye : le cadeau de Noël de Marvel

 

Après la victoire des Avengers sur Thanos, Clint Barton, alias Hawkeye, a pris sa retraite de super-héros. Alors qu’il s’apprête à passer Noël en famille, ses plans sont bouleversés quand Kate Bishop, une jeune archère qui ne cache pas son admiration pour Hawkeye, débarque, ayant par hasard récupéré le costume de Ronin que Barton avait revêtu pendant l’éclipse de cinq ans. Elle est par ailleurs poursuivie par le “gang des survêts”, dirigé par Maya Lopez, qui cherche à venger la mort de son père, tué par Ronin. 

Hawkeye est une mini-série très courte, pas plus de 6 épisodes, autour d’un des Avengers les plus discrets. La série joue d’ailleurs là-dessus avec ironie (dès la scène d’ouverture, où Barton regarde en famille une comédie musicale évoquant les exploits des Avengers). La série est vraiment fun, avec son lot d’action, beaucoup d’humour et même quelques moments d’émotion plutôt bien amenés. Bref, un vrai divertissement très plaisant, qui confirme la qualité des séries Marvel, jusqu’ici sans fausse note. 

Même si elle n’est pas décisive dans l’évolution du MCU, la série Hawkeye continue quand même de mettre en place les pions de la phase 4, avec de nouveaux personnages qui font leur apparition, ou d’autres qui confirment leur présence. 

Mais la révélation de la série, c’est Hailee Steinfeld (découverte il y a une dizaine d'années, adolescente, dans True Grit des frères Coen). Pétillante, virevoltante, pince-sans-rire dans le rôle de Kate Bishop : elle crève littéralement le petit écran !

Et en bonus, ne ratez pas en scène post-générique de l’épisode final, un petit cadeau de Noël musical et kitsch de la production !

-------
Hawkeye, une série créée par Jonathan Igla
6 épisodes de 45 minutes environ, disponibles sur Disney+